L’état d’urgence prolongé d’un mois en Tunisie

L’état d’urgence prolongé d’un mois en Tunisie

Le président tunisien, Beji Caïd Essebsi, en juin 2015.
Crédits : FETHI BELAID / AFP

La Tunisie a annoncé, dimanche 21 février, la prolongation d’un mois de l’état d’urgence instauré dans le pays en novembre 2015, dans la foulée d’un attentat-suicide contre la garde présidentielle à Tunis. « Le président de la République a décidé de prolonger l’état d’urgence d’un mois à partir du 22 février 2016 », a précisé la présidence.

Le 24 novembre 2015, au moins douze agents tunisiens ont été tués dans un attentat contre un bus de la sécurité présidentielle, perpétré dans l’une des principales artères de la capitale et revendiqué par l’Etat islamique (EI). Le président, Beji Caïd Essebsi, avait aussitôt décidé de décréter l’état d’urgence sur tout le territoire ainsi qu’un couvre-feu sur le Grand Tunis.

L’état d’urgence avait déjà été instauré début juillet à la suite de l’attaque, également revendiquée par l’EI, contre une station balnéaire près de Sousse, qui avait fait 38 morts parmi des touristes étrangers. La mesure avait été levée au début d’octobre.

Lire aussi : Levée du couvre-feu en Tunisie

Source: L’état d’urgence prolongé d’un mois en Tunisie

Previous Etats-Unis: tireur au Michigan, 6 personnes abattues !
Next En photos: Un film tourné dans des prisons tunisiennes avec de vrais prisonniers comme acteurs !

À lire aussi

Politique

Prêt koweïtien de 56 MDT pour la réalisation de la route de ceinture du Grand-Tunis

Un accord de prêt, d’une valeur estimée à 56 millions de dinars, MDT, remboursable sur une durée de 20 ans avec un taux d’intérêt de 2%, a été signé, ce

Politique

Tunisie : l’auteur de l’attentat de Tunis identifié, 30 interpellations

Le Monde.fr avec AFP Le 26.11.2015 à 14h22 • Mis à jour le 26.11.2015 à 14h53 Les autorités tunisiennes ont identifié l’auteur de l’attentat-suicide qui a fait douze morts mardi

Politique

Caricatures du prophète présentées à la télévision néerlandaise, Al-Azhar réagit

Al-Azhar, l’une des plus prestigieuses institutions de l’islam sunnite a vigoureusement réagi en condamnant, hier, jeudi 25 juillet 2015, « l’imagination malade » qui se tient derrière les caricatures