Le réalisateur tunisien Ridha Behi honoré au Festival de Port-Saïd en Egypte
31 août 2016 1280 Vues

Le réalisateur tunisien Ridha Behi honoré au Festival de Port-Saïd en Egypte

Le comité d’organisation de la première édition du festival du film arabe de Port-Saïd en Egypte, a annoncé via un communiqué qu’il a décidé de rendre hommage au réalisateur tunisien Ridha Behi.

La première édition du festival du film arabe de Port-Saïd aura lieu du 7 au 13 octobre 2016.

Le directeur du festival Fathi Abd Al Wahab a déclaré que la première session va célébrer le cinéma tunisien, et ce, à travers la mise en place d’une nuit d’art en collaboration avec l’ambassade de Tunisie au Caire et le ministère de la Culture tunisien.

Cette nuit d’art comportera un concert de la chanteuse tunisienne Wafa Boukil et un concert du musicien Tahar Guizani.

Il est à noter que le film de Ridha Behi « Fleur D’Alep » joué par Hend Sabri, marquera l’ouverture des Journées Cinématographiques de Carthage 2016.

Après les JCC, le film sera dans les salles à partir du 6 novembre 2016.

I.B.A.

Source: Le réalisateur tunisien Ridha Behi honoré au Festival de Port-Saïd en Egypte

Previous Tripadvisor: Liste des meilleurs restaurants de la Goulette
Next Opération antiterroriste de Kasserine: 3 morts dont un citoyen et un agent de sûreté blessé !

À lire aussi

À la une

Une tunisienne réussit les plus prestigieux concours en France

Cette année deux de nos compatriotes ont excellé, et ce, en réussissant l’un des plus anciens et des plus difficiles concours d’admission en France. En effet, dans un ancien article,

À la une

Obama et Castro tournent la page de la guerre froide

Barack Obama et Raul Castro se sont entretenus en privé durant environ une heure samedi à Panama. Cette rencontre marque une nouvelle ère dans les relations entre les Etats-Unis et

À la une

On a trouvé le paradis terrestre, il s’appelle… Mahdia (Photos)

Les plages tunisiennes sont les meilleures et ceux qui ont encore un doute vont très vite changer d’avis. Nous vous présentons le paradis terrestre nommé Mahdia. Rien qu’à voir son